L'herpès génital

L’herpès génital est une infection virale courante qui peut causer des plaies douloureuses qui apparaissent occasionnellement sur les organes génitaux et autour d’eux. Approximativement une personne sur sept, au Canada, est porteuse du virus de l’herpès; la majorité de ces personnes ne sont pas au courant de leur infection. Une fois qu’une personne est infectée, le virus demeure dans le corps pour la vie; mais les symptômes peuvent être contrôlés. Après l’infection initiale, qui peut être visible ou non (chez certaines personnes, elle cause des plaies douloureuses et des symptômes semblables à ceux d’une grippe; chez d’autres, aucun symptôme n’apparaît), la personne peut avoir des poussées récurrentes, ou non. Les poussées peuvent être gérées à l’aide de crème et de comprimés (soit au moment où elles se produisent, soit de manière préventive au quotidien) ainsi qu’en prenant bien soin de soi (en réduisant notre stress, en dormant suffisamment, en prenant de la vitamine C, etc.).

L’herpès se transmet par le contact peau contre peau. Il existe deux souches de virus de l’herpès. La première souche (VHS-1) cause généralement des feux sauvages autour de la bouche, mais peut parfois s’étendre aux organes génitaux par le sexe oral. La seconde souche (VHS-2) se rencontre le plus souvent sur les organes génitaux, mais dans de rares cas elle peut s’étendre à la bouche par le sexe oral.

Symptômes

*Il est possible de n’avoir aucun symptôme

Symptômes génitaux

Les personnes qui ont l’herpès génital n’ont pas toutes des feux sauvages ou des lésions apparentes. Chez celles qui en ont, la première poussée est habituellement la plus sévère. Les poussées suivantes sont généralement moins intenses, pour plusieurs personnes, mais pas toutes; et il est fréquent qu’avec le temps, ces poussées deviennent plus rares. Lorsqu’elles se produisent, les symptômes sont généralement des ampoules douloureuses (uniques ou en groupes) dans la zone génitale; elles se recouvrent d’une croûte et guérissent en une à deux semaines.

D’autres symptômes génitaux sont une sensation de démangeaison, de picotement, de brûlement ou de douleur à la peau entourant la région infectée. Les symptômes peuvent également inclure de la douleur aux jambes ou au fessier, des ganglions lymphatiques enflés et sensibles dans la région de l’aine, un écoulement clair du vagin, la fièvre, un mal de tête ou des douleurs musculaires (pour la plupart des gens, ces symptômes se produisent pendant l’infection initiale). Plusieurs personnes se sentiront également fatiguées.

Dans le cas d’infections à l’herpès génital de type VHS-1, les lésions sont plus rares que dans le cas du VHS-2. Les poussées récurrentes sont souvent précédées de quelques jours d’une sensation de picotement, de brûlement ou de démangeaison dans la région infectée.

Symptômes buccaux

Une démangeaison ou un brûlement peut être le signe qu’une poussée (une réapparition des symptômes) se prépare. Des plaies sur les lèvres et dans la bouche, que plusieurs appellent des feux sauvages, se couvriront d’une croûte avec le temps. Les symptômes disparaissent habituellement dans une à deux semaines.

Autres

Douleur en urinant, inflammation du système nerveux dans certains cas (méningite aseptique), enflure des ganglions lymphatiques et symptômes semblables à ceux d’une grippe.

Transmission and Prévention

Il existe deux souches du virus herpès. VHS-1 cause des feux sauvages autour de la bouche, mais peut se propager aux organes génitaux par le sexe oral. VHS-2 est plus fréquent sur les organes génitaux, mais dans de rares cas il peut se propager à la bouche par le sexe oral. Il peut également se transmettre d’une personne enceinte à son bébé lors de l’accouchement. La présence de symptômes n’est pas nécessaire pour que la transmission ait lieu. De fait, la plupart des infections à VHS-2 (herpès génital) se produisent lorsqu’une personne a un rapport sexuel avec une personne qui n’a aucun symptôme ou signe visible. De nombreuses personnes ne sont pas au courant qu’elles sont porteuses du virus de l’herpès.

Un condom et une digue dentaire peuvent être utilisés pendant le sexe pour éviter la transmission; ces outils peuvent être très efficaces si le(s) site(s) d’infection, c’est-à-dire les lésions, peuvent être recouverts. Si les lésions se trouvent sur des régions des organes génitaux ou de l’aine qui ne sont pas recouvertes par un condom, la transmission peut se produire. Une manière de réduire la possibilité de transmission est d’éviter le sexe non protégé et le contact peau contre peau lorsque la personne qui a l’herpès présente des lésions (plaies) actives ou des symptômes préliminaires d’une poussée (p. ex., sensation de picotement, fatigue).

Traitement

Bien qu’aucun remède pour guérir l’herpès ne soit connu, des médicaments antiviraux sont efficaces pour réduire la durée et la sévérité des poussées d’herpès qui arrivent. Certaines personnes décident de prendre des antiviraux quotidiennement pour prévenir les poussées et réduire les chances de transmission. D’autres moyens de réduire les poussées peuvent inclure de prendre quotidiennement des doses élevées de lysine et de vitamine C, et de réduire les déclencheurs comme les coups de soleil, le stress et le manque de sommeil.

Discutez avec votre fournisseur(-euse) de soins de santé pour établir quel régime vous convient le mieux.

Dépistage

L’herpès se dépiste par un test sanguin ou l’analyse d’un échantillon prélevé sur une lésion active d’herpès à l’aide d’un écouvillon (bâtonnet ouaté).

En savoir plus

Mis à jour le 2019-04-09
Campagne associée
Sujets