Examens de routine importants

Illustration of people hanging out, dancing on a mint green background

Examens de routine importants en santé sexuelle

Quelques examens de routine sont particulièrement importants pour notre santé sexuelle. La liste ci-dessous décrit les principaux tests, ce à quoi on peut s’attendre de leur déroulement, à partir de quel âge on devrait passer ces tests, et à quelle fréquence.

Dépistage d’ITS

Le dépistage des infections transmissibles sexuellement (ITS) est important pour toute personne active sexuellement. Pour des renseignements complets sur les ITS, les divers types de dépistages offerts et la fréquence de dépistage recommandée, visitez cette section de notre Pôle d’information. 

L’essentiel, c’est qu’il est important de faire du dépistage un aspect clé de vos soins de santé réguliers. Faites-vous dépister à chaque nouveau/nouvelle partenaire ou au moins une fois par année!

Test Pap

Test Pap du col utérin

Lors d’un test Pap du col utérin, le ou la professionnel-le de la santé utilise un long coton-tige pour prélever des cellules sur le col de l’utérus afin de détecter toute anomalie cellulaire. Il ou elle commence par insérer un spéculum (dispositif ressemblant à un long bec de canard) dans le vagin, puis il/elle l’ouvre lentement pour voir clairement le col. Cela ne devrait pas faire mal, mais le spéculum créera une pression ou un inconfort et vous pourriez sentir le léger frottement du coton-tige sur votre col utérin lors du prélèvement. Un test Pap ne dure pas longtemps – moins d’une minute au total; le ou la professionnel-le appliquera du lubrifiant sur le spéculum et vous demandera de placer vos pieds dans des étriers (de part et d’autre de la table d’examen) pour plus de confort. 

En général, voici comment l’examen se déroule : on vous demandera de vous déshabiller et d’enfiler une jaquette d’hôpital qui vous couvrira jusqu’aux genoux. Lors de l’examen, vous n’aurez qu’à soulever une petite partie de la jaquette pendant un court moment. Si vous êtes gêné-e ou inquiet(-ète), n’oubliez pas que votre professionnel-le de la santé voit des organes génitaux de toutes les tailles et couleurs et de tous les degrés de pilosité. Cela fait partie de ses tâches quotidiennes. 

Le test Pap est un examen de routine important qui permet de détecter tout changement aux cellules du col utérin. Ces changements sont causés par le VPH, une ITS très courante et habituellement bénigne. Si le résultat de votre test Pap révèle la présence de cellules anormales, ceci ne signifie pas nécessairement que des actions doivent être prises. Souvent, le col utérin redevient normal après un certain temps, de la même façon qu’un rhume disparaît de lui-même. 

Il se peut que votre médecin vous demande de passer un autre test Pap après un certain temps, pour vérifier si les cellules sont redevenues normales. Si des cellules anormales sont de nouveau détectées, votre professionnel-le de la santé pourrait vous recommander un traitement adapté à votre situation, car ces cellules anormales peuvent causer le cancer du col utérin à long terme. 

Toute personne qui a un col utérin devrait passer des tests Pap réguliers – ceci inclut les hommes trans et les personnes de genre non binaire.

Ce test pourrait susciter des sentiments de panique ou de détresse chez certaines personnes. Il existe des façons de rendre l’expérience plus confortable si les examens internes sont particulièrement éprouvants pour vous. Voici quelques conseils qui pourraient vous aider :

  • Dites à votre professionnel-le de la santé ce qui aiderait à réduire votre stress ou ce qui rendrait l’examen plus confortable pour vous. Par exemple : une jaquette supplémentaire ou une couverture pour mieux vous couvrir, une position différente ou l’accompagnement d’un-e ami-e.
  • Parlez à votre professionnel-le de la santé des aspects spécifiques de l’examen qui vous stressent le plus. Il ou elle devrait collaborer avec vous à trouver des manières d’atténuer votre anxiété.
  • Demandez à votre professionnel-le de la santé de décrire chaque étape, au fur et à mesure, si cela vous rassure. Ou encore, si vous préférez ne pas savoir, demandez-lui de vous parler d’autre chose pendant l’examen (ou de ne pas parler du tout).
  • Proposez des moyens pour vous distraire ou vous sentir plus en contrôle pendant l’examen. Les professionnel-les de la santé peuvent suggérer des manières de modifier l’examen pour le rendre plus confortable – par exemple, en vous permettant de garder certains vêtements, en modifiant la position couchée ou assise, etc. 
  • Demandez du soutien à votre professionnel-le de la santé. Au besoin, demandez-lui de vous fournir les coordonnées de services de soutien, de centres d’aide aux victimes de viol et de lignes de téléassistance. Vous avez droit à de l’aide et aux tests qui sont importants pour votre santé. 
  • Si possible, demandez le vaccin contre le VPH pour vous protéger contre les principales souches du VPH qui causent des changements aux cellules du col utérin. Cliquez ici pour en savoir plus sur ce vaccin

Quand et à quelle fréquence?  

Les politiques varient d’une province à l’autre, quant à l’âge de début du test Pap et à sa fréquence. En général, il est recommandé aux personnes actives sexuellement de passer un test Pap tous les trois ans à partir de l’âge de 21 ans. Consultez votre professionnel-le de la santé pour savoir à quel moment vous devriez commencer le test Pap.

Test Pap anal

Un test Pap anal est semblable au test Pap du col utérin, mais le coton-tige sert à prélever un échantillon de tissu anal afin de déceler tout changement à la santé anale (et de détecter de façon précoce tout problème comme un cancer anal). Ce test ne fait pas partie des soins de santé de routine, mais il est important de le demander si vous avez des relations anales, car l’infection au VPH peut entraîner le développement de cellules et lésions cancéreuses dans le canal anal et le rectum. Lorsque ces problèmes sont détectés tôt, un traitement est possible pour rester en santé et avoir une vie épanouie. 

Quand et à quelle fréquence? 

Il n’y a pas de consensus quant à la fréquence recommandée du test Pap anal. De façon générale, si vous avez des relations anales régulières, vous devriez vous faire tester une fois par année ou tous les deux ans.

Qu’en est-il de l’examen de la gorge? 

Pap, peut également causer certaines formes de cancer de la tête et du cou s’il est transmis par le sexe oral. Il n’existe pas encore de test standard pour détecter les infections précoces que le système immunitaire ne réussit pas à éliminer – la plupart du temps, notre corps élimine le VPH de lui-même en une année ou deux. 

Demander un dépistage par prélèvement ou par rinçage buccal à votre professionnel-le de la santé peut être une mesure clé pour prévenir les cancers qui se développent sur les amygdales et sur la langue. Des scientifiques travaillent à concevoir un test standard de dépistage du cancer de la gorge lié au VPH. D’ici là, il est primordial de savoir reconnaître les premiers signes : une bosse dans la gorge, un mal de gorge qui persiste et des difficultés à avaler.

Un prélèvement de la gorge est également important lorsqu’on se fait dépister pour des ITS comme la chlamydia ou la gonorrhée, car l’infection peut être présente dans la gorge. Demandez ce test à votre professionnel-le des soins de santé, car il ne fait pas partie des soins de routine.

Examen de la prostate

L’examen de la prostate est un examen physique lors duquel le ou la médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans l’anus pour vérifier la taille de la prostate et la présence d’anomalies. Cet examen qui dure moins d’une minute est un aspect important de la prévention et de la détection précoce du cancer et d’autres problèmes de la prostate pouvant nécessiter un suivi. 

Outre l’examen physique, le ou la médecin peut commander une analyse sanguine pour mesurer la quantité d’antigènes spécifiques de la prostate dans votre sang, ce qui peut aider à détecter divers troubles de la prostate. 

Quand et à quelle fréquence?

À partir de 50 ans, les personnes qui ont une prostate (personnes de sexe masculin assigné à la naissance) devraient discuter avec leur professionnel-le de la santé de la possibilité de passer un examen de la prostate. Si vous n’avez pas d’antécédents de cancer de la prostate, il est recommandé de passer l’examen aux deux à quatre ans en moyenne. Si vous avez des antécédents familiaux de cancer ou d’anomalies de la prostate, vous devriez vous faire tester plus fréquemment. 

Coloscopie

À partir de 50 ans, toutes les personnes devraient discuter avec leur professionnel-le de la santé de la possibilité de passer une coloscopie. La coloscopie sert à dépister le cancer de l’anus et du rectum. Votre professionnel-le de la santé insérera un petit tube flexible dans votre anus afin d’examiner votre côlon et votre rectum. Le test vise à détecter la présence de polypes – de petites excroissances habituellement inoffensives, mais qui peuvent être précancéreuses et qu’il est donc préférable de détecter tôt. 

Quand et à quelle fréquence? 

Il est important de passer une coloscopie vers l’âge de 50 ans; selon le résultat, votre professionnel-le de la santé vous indiquera à quelle fréquence vous devriez répéter le test. Si vous n’avez pas de polypes ou de résultat anormal, vous pouvez attendre jusqu’à dix ans avant de répéter le test. Les personnes qui ont des antécédents de cancer anal ou rectal peuvent se faire tester aux trois ans, selon les recommandations de leur professionnel-le de la santé.

Test de recherche de sang occulte dans les selles

Servant généralement à dépister le cancer du côlon ou du rectum, le test de recherche de sang occulte dans les selles consiste à vérifier s’il y a présence de sang dans les selles (caca). Des traces de sang peuvent être le signe d’un cancer du côlon ou du rectum ou d’autres problèmes connexes. Pour passer le test, il suffit de fournir un échantillon de vos selles à votre professionnel-le de la santé. On vous remettra un petit contenant de plastique ainsi que des instructions pour le prélèvement.

Quand et à quelle fréquence? 

Votre professionnel-le de la santé pourrait vous recommander de passer un test de recherche de sang occulte dans les selles à partir de 50 ans. Demandez-lui à quelle fréquence vous devriez répéter ce test. D’aucun-es suggèrent un examen aux cinq à dix ans, mais cela dépendra de vos antécédents médicaux.

Examen des seins/de la poitrine

Un examen des seins est un examen physique de la région des seins/de la poitrine et des aisselles, exécuté manuellement par un-e professionnelle de la santé (avec ses mains). Habituellement, le ou la professionnel-le de la santé vous demandera de vous déshabiller et d’enfiler une jaquette, qu’il ou elle descendra juste assez pour examiner vos seins/votre poitrine afin d’y détecter toute bosse ou masse. Il pourrait être utile de vous exercer à cet examen seul-e à la maison pour vous habituer à l’état normal de votre corps. Certaines personnes ont naturellement plus ou moins de bosses dans leurs seins; il est donc utile de savoir ce qui est « normal » pour vous!

Si votre professionnel-le détecte quoi que ce soit d’anormal, il ou elle pourrait recommander une mammographie ou une échographie mammaire de suivi. Lors de cet examen, un appareil de radiographie est utilisé pour produire une image des seins/de la poitrine afin de dépister le cancer du sein. Vous déposerez vos seins sur l’appareil, entre deux plaques qui compresseront graduellement votre tissu mammaire pour le radiographier.

Quand et à quelle fréquence?

Demandez à votre professionnel-le de la santé à quelle fréquence vous devriez subir un examen manuel des seins. Les recommandations varient d’une province à l’autre, mais en général, les personnes qui ont des seins devraient passer un examen des seins/de la poitrine tous les trois ans, au cours de la vingtaine et de la trentaine, si elles n’ont pas d’antécédents de cancer du sein. 

Toutefois, les directives varient, car des données indiquent que des examens trop fréquents peuvent conduire à des biopsies inutiles (une biopsie est effectuée lorsqu’une bosse est détectée; on prélève alors un petit échantillon de tissu afin d’y déceler des cellules cancéreuses – or la plupart des bosses ne sont pas cancéreuses). Les personnes de plus de 40 ans devraient se faire examiner une fois par année. Cela dit, il est bon de prendre l’habitude d’auto-examiner vos seins/votre poitrine à un moment précis de votre cycle menstruel, chaque mois, pour détecter toute bosse ou masse inhabituelle et intégrer cette pratique dans votre routine! 

Auto-examen des testicules

L’auto-examen des testicules consiste à examiner vos testicules avec vos mains pour détecter toute bosse ou masse anormale. Vous pouvez le faire vous-même environ une fois par mois pour vous habituer à la taille, à la forme et à la texture de vos testicules et pour y déceler toute bosse inhabituelle. Si vous remarquez quoi que ce soit d’anormal, consultez un-e professionnel-le de la santé.

Quand et à quelle fréquence?

À compter de la puberté et tout au long de la vie, l’auto-examen des testicules est un examen que vous pouvez faire par vous-même une fois par mois.

Hub feedback (webform)

Do you see an error or change? Information about sexual and reproductive health is always evolving, so if you have new information to share, or notice a change, please let us know here or by email to [email protected].