L’image corporelle et l’estime de soi

People representing diverse backgroundes gathered together surrounded by flowers

Tous les corps méritent d’être aimés, célébrés et représentés de manière positive. On mérite de se sentir bien dans notre corps – qu’on soit grand-e, petit-e, gros-se, mince ou musclé-e, qu’on se déplace en fauteuil roulant ou qu’on marche avec une canne.

L’image qu’on se fait de soi-même et de notre corps joue un grand rôle dans notre santé et notre bien-être. Les médias, les gens qui nous entourent, les nouvelles, la pornographie, l’école et la culture influencent tous notre image corporelle. Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas autour de nous peut influencer comment on se sent.

Quand on voit des images de handicap, c’est habituellement dans un contexte de pornographie d’inspiration, qui présente les personnes handicapées comme étant « inspirantes » principalement à cause de leur handicap. Les personnages noirs dans les films jouent souvent des rôles stéréotypés ou secondaires. Les célébrités queer et trans sont souvent fétichisées et ridiculisées. Les corps gros sont dénigrés, tournés en blague ou montrés en photo « avant-après » dans des magazines et des blogues « santé ». Les représentations intersexuées sont pratiquement absentes, et on voit rarement des images positives et entières de personnes qui ont plusieurs identités différentes de la norme (p. ex., une personne autochtone et queer).

À moins de chercher, on ne voit pas dans la culture populaire la véritable diversité qui existe dans le monde.

Au contraire, on nous expose sans cesse à des images qui montrent qu’il faut être jeune, mince, musclé-e, non handicapé-e et blanc-he pour être belle ou beau et pour mériter l’amour et le respect. Les films, les émissions de télé et nos fils de médias sociaux sont remplis de ces images. À force de voir ça tout le temps, on peut devenir mal dans notre peau, comme s’il fallait être mieux ou différent-e.

Il n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » corps. Par exemple, les personnes minces ne sont pas toutes « en bonne santé », et être gros-se ne signifie pas nécessairement qu’on est « en mauvaise santé ». Les cheveux lisses ne sont pas mieux que les cheveux bouclés ou crépus, et les teints clairs ne sont pas mieux que les teints foncés. Même si les personnes blanches sont représentées de manière positive dans plusieurs sociétés, les personnes noires et brunes méritent autant d’être aimées et célébrées.

On ressent beaucoup de pression pour imiter ce qu’on voit et d’obéir aux règles très strictes de la « beauté ». Cela peut affecter notre estime de soi et notre santé mentale.

On a beau se comparer à nos ami-es et aux célébrités, ça ne veut pas dire qu’il faut essayer d’être quelqu’un qu’on n’est pas. On devrait plutôt apprécier les traits qui font que notre beauté est unique.

Qu’est-ce qu’on peut faire?

  • Parler des normes de beauté (et du fait qu’elles sont irréalistes).
  • Parler de ce qui influence les normes de beauté (grossophobie, racisme, transphobie, homophobie, misogynie, capacitisme, âgisme, etc.).
  • S’entourer de personnes qui s’acceptent et se soutiennent entre elles et qui ne dénigrent pas leurs corps ou ceux des autres.
  • Surveiller notre temps d’utilisation des médias sociaux et les personnes et comptes qu’on suit.
  • Suivre des personnes qui nous aident à nous sentir bien dans notre peau.
  • Discuter avec nos ami-es et avec des adultes dignes de confiance, de ce qu’on voit dans les médias et de l’injustice de célébrer un seul type de corps.
  • Parler des filtres, des retouches et des autres méthodes qui servent à modifier les images qu’on voit dans les publicités, les films et les médias sociaux. 
  • Donner à notre corps ce qu’il lui faut, comme de l’amour, du respect, de la nourriture, du mouvement, du toucher et du plaisir.
  • Se renseigner sur les concepts de positivité corporelle et de neutralité corporelle.

Hub feedback (webform)

Do you see an error or change? Information about sexual and reproductive health is always evolving, so if you have new information to share, or notice a change, please let us know here or by email to [email protected].