Éducation à la sexualité : prévenir la violence et améliorer la sécurité

L’éducation à la sexualité procure aux gens des informations essentielles pour d’importantes décisions de santé. Ceci signifie qu’elle peut aider à réduire les taux d’ITS et à améliorer la santé publique. De plus, une bonne éducation à la sexualité peut jouer un rôle clé dans la prévention de l’agression sexuelle pendant l’enfance, de la violence au sein de relations intimes et de la violence sexuelle.

L’éducation des enfants dès un jeune âge, au sujet de leurs corps, de leur autonomie corporelle et des touchers sécuritaires/non sécuritaires, est une façon importante de les protéger. En veillant à renseigner les enfants au sujet de leurs corps (y compris les noms corrects de leurs organes génitaux), de la reproduction humaine et de la sexualité, nous leur donnons les outils et le vocabulaire nécessaires pour demander de l’aide à des adultes de confiance et à des professionnel-les de la santé en cas de besoin.

Des discussions sur le consentement et sur les touchers sécuritaires/non sécuritaires permettent également d’élever des enfants qui comprennent que l’agression sexuelle est inacceptable. Il est important que nos enfants comprennent qu’ils et elles ont le droit d’être en sécurité, et doivent aussi respecter les droits et sentiments d’autrui. En plus de protéger les enfants contre des possibilités inquiétantes, l’apprentissage des noms exacts de toutes les parties du corps les aide à développer une image corporelle saine et positive, et à avoir plus de respect pour eux/elles-mêmes et pour la sexualité en général. Ceci aide à contrer la honte et les tabous possibles au sujet des organes génitaux, du désir, du plaisir sexuel et de la sexualité.

L’éducation sexuelle est également une occasion d’aider les enfants et les jeunes à développer les compétences pour établir et cultiver des relations solides, respectueuses et saines. Ceci implique de discuter ouvertement du genre et du pouvoir dans les relations, car les inégalités entre les hommes et les femmes (et les personnes d’autres genres) sont une dynamique de pouvoir des plus persistantes. La compréhension du genre peut favoriser l’égalité dans les relations – c’est donc un atout important pour prévenir la violence fondée sur le genre, la violence dans les relations intimes et la violence sexuelle.

Quelles sont les causes de la violence fondée sur le genre et de la violence sexuelle?

La violence sexuelle est un terme général qui décrit toute forme de violence (physique ou psychologique) exercée par des moyens sexuels ou ciblant la sexualité.

La violence sexuelle est parfois utilisée comme arme pour humilier, effrayer ou punir intentionnellement quelqu’un. Le plus souvent, les personnes qui exercent de la violence sexuelle sont motivées par un désir sexuel et par un sentiment de légitimité. Des phénomènes répandus, comme le fait d’encourager les garçons et les hommes à solidariser à propos de leur sexualité agressive ou de leurs conquêtes sexuelles, les tendances qui dictent quelles personnes exercent un pouvoir sur lesquelles (sur la base de facteurs comme la race et le genre) et le manque de compréhension du consentement sexuel, contribuent également à des taux élevés de violence sexuelle.

Les définitions juridiques de ce que constitue l’agression sexuelle aux yeux des tribunaux ne reflètent pas toujours toutes les formes de violence sexuelle. Les comportements sexuels violents font partie d’un continuum; nous en avons normalisé plusieurs qui contribuent à la permissivité et à la prévalence de comportements extrêmes.

La recherche indique que la misogynie et le harcèlement sexuel sont répandus chez les jeunes personnes. Plusieurs jeunes subissent ou perpétuent l’humiliation et la violence fondée sur le genre, mais la plupart des parents ne discutent pas de cela avec leurs enfants. Dans le cadre d’un sondage national auprès de jeunes âgés de 18 à 25 ans, aux États-Unis, 87 % des femmes ont déclaré avoir vécu de la violence fondée sur le genre, mais 76 % des participant-es n’avaient jamais reçu d’éducation de leurs parents ou de personnes enseignantes pour les inciter à ne pas harceler sexuellement ou humilier d’autres personnes. Plusieurs jeunes ne considèrent pas certains types de violence fondée sur le genre (par exemple, miauler comme un matou, humilier une fille en la présentant comme ayant des mœurs légères ou partager des messages textes, des photos ou des expériences de nature privée) comme étant problématiques dans la société actuelle.  

Une femme sur cinq fréquentant l’université sera agressée sexuellement; une sur trois le sera au cours de sa vie. Les taux d’agression sexuelle sont élevés, mais la plupart des parents et des personnes enseignantes n’abordent pas le sujet du consentement avec leurs jeunes.

Comment l’éducation à la sexualité peut-elle faire une différence?

Depuis quelque temps, nous entendons souvent parler d’agression sexuelle, de coercition sexuelle et de harcèlement sexuel, dans les médias. Le mouvement #MoiAussi en a fait une conversation publique et a permis à un plus grand nombre de personnes de partager leurs histoires. Bien des gens sont étonné-es de constater à quel point ces expériences sont répandues. Ceci est dû en partie à la culture du viol.

La culture du viol est un terme qui démontre à quel point nous faisons paraître l’agression sexuelle comme étant normale, dans notre société. Elle décrit une culture où le viol et la violence sexuelle (habituellement à l’encontre des femmes et des minorités de genre) sont des phénomènes répandus, considérés comme inévitables et en quelque sorte banals. La culture du viol est due à toutes les façons par lesquelles nous normalisons la violence sexuelle, la tolérons et plaisantons à son sujet.

La culture du viol s’appuie notamment sur le blâme des victimes, sur l’humiliation des filles en les considérant comme des salopes, sur de vieilles idées liées aux normes de genre et sur des pratiques dépassées en matière de consentement. En revanche, l’éducation à la sexualité est une occasion d’enseigner le consentement et les relations saines afin de protéger les jeunes.

L’éducation à la sexualité est également une occasion idéale de façonner la compréhension qu’ont les jeunes de la sexualité dans son ensemble. L’enseignement des aspects positifs de la sexualité et des relations peut avoir un impact considérable sur la santé et la sécurité des jeunes personnes; celles-ci sont également plus susceptibles de s’intéresser à l’éducation sexuelle si elle ne se limite pas à la prévention des risques.  

Des discussions sur le plaisir, l’intimité et toutes les raisons pour lesquelles les gens peuvent désirer des relations sexuelles aident les jeunes à se faire une idée claire de ce qu’est une sexualité saine.

Les façons dont la sexualité est représentée dans les nouveaux médias (comme la pornographie facile d’accès et les médias sociaux), dans les mythes sexuels (p. ex., les « vrais » hommes accumulent les conquêtes sexuelles et les « bonnes » femmes doivent demeurer vierges et/ou modestes) et dans de dangereuses normes sur le déroulement « prescrit » des relations sexuelles (p. ex., les hommes font les premiers pas et les femmes doivent satisfaire leurs hommes) ont de graves effets sur la sexualité des jeunes. Notre façon de parler de sexe sans jamais aborder le plaisir (en particulier le plaisir féminin) fait en sorte que bon nombre de jeunes femmes s’attendent à une absence de plaisir et à des relations sexuelles douloureuses.

Ce que les jeunes femmes relatent de leurs premières expériences sexuelles, aux États-Unis, concerne souvent l’effet stimulant des hormones et la pression des pairs, le manque de préparation, un devoir de « satisfaire » leur partenaire, et le silence inconfortable des parents. En comparaison, les jeunes femmes des Pays-Bas parlent de leurs premières expériences sexuelles comme étant motivées par l’amour et associées à un « contrôle sur mon propre corps », à un rôle de soutien et d’éducation des parents et à des lectures éducatives dès un jeune âge.

La prestation d’une éducation adéquate aux jeunes personnes à propos de la sexualité, de leurs droits, du consentement et de leur rôle comme partenaires respectueux et respectueuses est une des meilleures façons de mettre fin à l’épidémie de violence sexuelle et de guider nos enfants vers des relations saines.

Mis à jour le 2019-05-07
Campagne associée
Sujets