Déclaration sur Roe v. Wade

Image of a pro-choice rally. A young woman holds up a handmade sign that reads "My body my choice."

Action Canada pour la santé et les droits sexuels, un organisme qui œuvre depuis plus de 50 ans à l’appui de la santé et des droits sexuels et génésiques au Canada (anciennement Planned Parenthood of Canada) se joint à ses collègues étatsunien-nes pour exprimer son indignation en réaction au projet fuité de décision de la Cour suprême des États-Unis visant à annuler l’arrêt Roe v. Wade. C’est une mauvaise décision qui fera du tort à des millions de personnes.

Le pouvoir de prendre des décisions en matière de soins de santé qui ont un impact sur notre vie, sur notre santé et sur notre avenir est notre droit humain.

Roe v. Wade est la décision de la Cour suprême de 1973 qui a établi l’accès à l’avortement comme un droit constitutionnel aux États-Unis. L’annulation de l’arrêt Roe v. Wade remettra entre les mains des gouvernements de chacun des États du pays les décisions quant à la légalité de l’avortement – et plusieurs d’entre eux n’attendent que cela pour promulguer de sévères restrictions aux services d’avortement, ce qui aura un impact disproportionné sur les Noir-es, les personnes de la classe ouvrière, les personnes handicapé-es et les personnes 2SLGBTQIA+ cherchant à recourir à des soins d’avortement. L’Institut Guttmacher estime que plus de la moitié des États adopteront des lois restrictives en matière d’avortement une fois que Roe v. Wade aura été officiellement invalidé.

Ce changement de cap aura des répercussions inéquitables, dévastatrices, et est représentatif de l’attaque actuelle contre la SDSG dans le monde.

L’annulation de l’arrêt Roe v. Wade par un appareil judiciaire politisé est un exemple de prise du contrôle des institutions démocratiques par une petite faction de fondamentalistes qui, aux quatre coins du monde, dirigent une offensive contre la santé et les droits sexuels et génésiques. Nous le constatons aujourd’hui aux États-Unis, mais nous l’avons vu aussi en Pologne, en Russie, en Hongrie et dans de nombreux autres pays au cours de la dernière décennie.

Bien que le contexte au Canada diffère, les personnes les plus touchées par cette décision aux États-Unis sont les mêmes que celles qui sont les plus affectées par les obstacles à l’accès à l’avortement au Canada. Nous en constatons l’impact directement par le biais de notre Fonds d’urgence Norma Scarborough, qui fournit un soutien financier depuis plus de dix ans à des centaines de personnes au Canada qui autrement n’auraient pas accès aux soins d’avortement dont elles ont besoin, qu’elles désirent et auxquels elles ont droit.

Au Canada, des projets de loi d’initiative parlementaire visent également de restreindre l’avortement, et 25 % des député-es actuel-les ont voté en faveur de telles restrictions. Les mouvements anti-avortement sont transnationaux, bien financés et dotés de ressources considérables. Ils sont prêts à s’organiser et à contester le droit à l’avortement au Canada. 

Les organisateur(-trice)s anti-avortement se préparent depuis 20 ans à invalider Roe v. Wade, et il serait naïf d’ignorer l’impact de ces mouvements sur l’accès à l’avortement au Canada.

Le Canada doit demeurer un ardent défenseur des droits humains et de la démocratie, et cela ne sera possible que si nous poursuivons notre travail pour faire avancer la santé et les droits sexuels et génésiques – y compris le droit à l’avortement accessible – dans notre pays et à l’échelle mondiale. Nous avons vu des victoires populaires en faveur de l’avortement dans des pays comme l’Argentine, le Mexique et l’Irlande, ce qui nous rappelle le pouvoir et l’importance de la lutte pour le droit et l’accès à l’avortement.

Nous ne pouvons pas garder le silence. Nous devons demeurer vigilant-es afin de défendre et de protéger le droit à l’avortement et à des soins d’avortement accessibles.

-----

Action Canada est l’équivalent canadien de l’organisme Planned Parenthood. Nous comblons des lacunes en matière d’accès et militons pour la santé et les droits sexuels et génésiques dans notre pays et à travers le monde. Des hôpitaux locaux jusqu’à la Colline du Parlement, en passant par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, nous sommes là pour défendre le droit et l’accès à l’avortement. Nous suivons l’exemple des activistes et des organismes noirs et autochtones qui ont établi le cadre de la justice reproductive pour comprendre la SDSG au-delà du choix. La justice reproductive est le droit humain de conserver son autonomie corporelle, d’avoir des enfants (ou non) et d’élever ses enfants dans des communautés sécuritaires et durables. Elle inclut l’accès à un logement sûr et abordable, l’égalité économique, la justice climatique et le démantèlement des systèmes d’oppression.

Joignez-vous à nous pour défendre les droits humains pour tou-te-s, y compris les droits sexuels et génésiques.

Ensemble, nous pouvons faire en sorte que le droit à l’avortement soit garanti au Canada, et poursuivre la lutte pour l’accès à l’avortement dans le monde!

Liens connexes pour des lectures supplémentaires :

 

We can't do this work without you!
Posté sur 2022-05-03
Type d'article
Déclaration
Sujets